Tabagisme passif Terrasses

Lieux sans tabac : Les Français en veulent davantage !

Paris, le 27 mai 2021 :  86 % des Français souhaitent ne plus être exposés à la fumée de tabac dans au moins un lieu non considéré aujourd’hui par l’interdiction de fumer. Cette seconde version de l’enquête OpinionWay pour DNF (1ère en 2019) confirme la réelle volonté des Français d’être mieux protégés contre le tabagisme passif dans divers lieux non concernés par la législation comme les terrasses de café, les files d’attentes ou encore les abords des établissements scolaires.
Enfin, l’enquête révèle un chiffre surprenant sur la problématique de l’exposition tabagique entre voisins !

L’association DNF travaille depuis bientôt 50 ans sur les problématiques liées à l’exposition tabagique. Son module de question-réponse unique lui permet de déceler les lieux qui concentrent le plus d’attentes.
Pour confirmer sa perception, DNF a commandé à l’institut de sondage Opinionway, une double enquête pour l’adhésion à l’interdiction de fumer pour des nouveaux lieux sans tabac, en 2019 puis en 2021.

Deux ans après, les Français réaffirment leur adhésion à de nouveaux lieux sans tabac avec une position parfois bien plus marquée qu’en 2019.

Les espaces où la cohabitation est parfois plus longue, comme les files d’attentes ou les terrasses de café, se démarquent particulièrement. Le souhait d’être protégé en terrasse contre la fumée est plus forte les CSP +, avec respectivement 66% et 62% contre 48 et 50% chez les CSP-.

Ma terrasse sans tabac, un guide collaboratif initié par DNF, permet de choisir une terrasse sans tabac en quelques clics. Les restaurateurs, petit à petit, font le choix du sans tabac en comprenant qu’ils ont tout à y gagner à l’image des restaurateurs déjà présents dans le guide. www.materrassesanstabac.com

Près de 60% des parents souhaitent que les abords des écoles deviennent également des espaces sans tabac. Motivés par la protection contre la fumée d’une part, ils souhaitent aussi que la cigarette ne soit plus perçue comme banale par leurs enfants. C’est d’autant plus important pour les collèges et lycées dont on sait que les élèves peuvent être tentés par le tabac. Ne pas permettre de fumer devant les établissements permet ainsi de limiter l’expérience de la cigarette comme rite d’initiation.

Deux surprises : la rue et les nuisances tabagiques entre voisins
Les Français se prononcent en proportion importante pour une interdiction de fumer dans la rue et chez eux. Depuis 5 ans, et fortement depuis les confinements successifs, DNF a senti une volonté de ne plus subir le tabagisme de son voisin. La fumée de tabac est désormais socialement reconnue comme toxique, y compris par les fumeurs qui ont adopté de nouveaux comportements comme fumer au balcon, en terrasse ou dans le jardin.
Cependant, ce bon exemple a entrainé un dommage collatéral immédiat : la fumée de tabac volatile et toxique entre aisément dans les domiciles voisins.

« C’est désormais 80 à 90 % des demandes d’aides en période de confinement. La cohabitation en période de beau temps se fait de plus en plus compliquée. Le phénomène est tel qu’un groupe de travail spécifique sur le sujet a été mis en place avec les adhérents » explique Gérard Audureau, président de DNF.

Cette fumée de tabac, les Français n’en veulent tout simplement plus dans leurs activités quotidiennes. Dans une période de crise sanitaire, où l’intérêt de la population pour la protection de la santé prend de l’ampleur, les Français affirment leur volonté de respirer un air sain. A l’image de ce que l’on peut connaitre à Singapour, près d’un tiers souhaite même ne plus être exposé à la fumée dans la rue.

La position des Français semble avoir beaucoup évolué en deux ans sur la protection contre le tabagisme et la prise de conscience grandissante sur la protection de la santé va certainement continuer à faire évoluer les demandes à la hausse.

A la vue des résultats de cette enquête qui confirme, deux ans après, les attentes, DNF recommande d’étendre l’interdiction de fumer :

  • Aux abords des écoles,
  • Dans les files d’attente,
  • Aux terrasses des cafés, casinos, hôtels et restaurants
  • A l’ensemble des lieux extérieurs accueillant des mineurs (stade, parcs et jardins, plages, etc.)

DNF invite également les parlementaires et le gouvernement à réfléchir à la problématique de pollution tabagique de voisinage qui ne peut plus être victime du principe de liberté individuelle de fumer quand cette liberté met en péril la santé et le bienêtre des voisins.

Etudes complètes sur demande à communication@dnf.asso.fr

Contacts Presse :
Service communication DNF :
Céline Fournier communication@dnf.asso.fr
Tel. 06.78.26.07.37

Président de DNF
Gérard Audureau
Tel : 06.83.51.88.14

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.